Le sujet de l’investissement durable et éthique devient de plus en plus important, surtout dans le monde d’aujourd’hui.

L’investissement durable et éthique – qu’est-ce que c’est ?

Tous les investisseurs qui investissent leur argent dans des titres aimeraient obtenir un rendement intéressant. Ces dernières années en particulier, la demande d’actions et de fonds d’actions ayant un modèle économique durable et éthique a augmenté. Beaucoup mettent de l’argent dans ces actions parce qu’en plus du rendement, ils ont aussi le sentiment d’avoir fait quelque chose de bien pour le monde (qui les entourent).

Ainsi ils évitent les branches de l’industrie telles que la défense, le nucléaire ou le pétrole mais aussi les actions de banques qui n’ont pas la réputation de contribuer à la cohésion sociale. Il y a aussi d’autres objectifs de durabilité qui sont poursuivis. Il s’agit notamment de la lutte contre la corruption ou du respect de normes minimales en matière de conditions de travail.

Alors dans quels domaines investir de façon durable et éthique ?

La révolution énergétique a donné naissance à un certain nombre d’entreprises durables et éthiques. Qui ne souhaite pas participer à la construction de parcs éoliens et solaires et faire quelque chose pour l’environnement tout en continuant à s’enrichir ? Outre les actions, il existe de nombreuses autres possibilités de placement. Les investisseurs peuvent par exemple acquérir des titres participatifs, qui peuvent être achetés pour de petites sommes. Il existe également des obligations qui attirent les investisseurs parce qu’elles garantissent une rétribution annuelle via le paiement d’intérêts. Il est donc très facile de gagner de l’argent avec les énergies renouvelables.

Par ailleurs, il y a pléthore d’entreprises “vertes”. Non seulement les exploitants de parcs éoliens et solaires offrent la possibilité d’acheter des parts, mais les nombreuses entreprises qui produisent les technologies correspondantes proposent cela aussi.

Un nouveau modèle économique écologique ?

Les modèles économiques basés sur l’écologie se sont également répandus dans de nombreux autres secteurs. Il y a des compagnies d’assurance et des banques qui se targuent d’investir l’argent de leurs clients uniquement dans des projets et des entreprises respectueuses de l’environnement.

C’est difficile à croire, mais même dans l’industrie automobile tant aimée des Français, une nouvelle réflexion est en cours. De plus en plus d’entreprises développent des voitures électriques et deviennent ainsi de plus en plus intéressantes pour les investisseurs à orientation écologique.

D’autres encore essaient constamment d’éliminer les ingrédients dangereux présents dans la composition de leurs produits et veulent en même temps développer et produire d’une manière qui préserve les ressources naturelles. De cette façon, ces entreprises participent également à la protection de l’environnement. Les ressources naturelles sont exploitées depuis assez longtemps et les montagnes de déchets si difficiles à éliminer, sont malheureusement de plus en plus grandes.

Les fonds d’actions peuvent-ils être une alternative verte ?

Comme les fonds d’actions représentent un moyen simple de répartir les risques, ils sont particulièrement adaptés aux nouveaux venus sur le marché boursier. Cette diversification des risques est due au fait qu’un fonds d’actions contient un grand nombre d’actions différentes. De cette façon, les pertes de cours des actions individuelles peuvent être bien compensées par les autres.

Dans le domaine des fonds d’actions, il existe également de nombreux fonds “verts” dans lesquels il est possible d’investir. Toutefois, il est conseillé d’examiner de près leur profil avant de vous lancer. Certains n’investissent leur capital que dans des sociétés du secteur des énergies renouvelables. D’autres, préfèrent placer leur argent dans les banques et les compagnies d’assurance du secteur “vert”. Ici l’offre ne cesse de s’étoffer et on perd rapidement la vue d’ensemble. Un bref coup d’œil sur les gestionnaires de fonds et les critères concrets sur lesquels ils se fondent ne peut donc pas faire de mal. Parce que le fait qu’une entreprise soit “verte” ou non dépend de l’appréciation de chacun. Par exemple, l’énergie nucléaire est souvent vendue comme une technologie respectueuse de l’environnement, bien que la plupart des gens pensent que ce n’est pas le cas (surtout à long terme).

Conclusion

L’investissement durable et éthique est devenu très facile de nos jours. De même, les dires selon lesquelles ces actions génèrent un rendement inférieur à celui des actions de sociétés conventionnelles n’ont pas pu être prouvés jusqu’à présent. Cependant, comme pour toute prise de participation, le modèle d’affaires et les indicateurs clés de performance de l’entreprise doivent faire l’objet d’un examen approfondi au préalable. La faillite de Prokon devrait être un exemple dissuasif pour les investisseurs de la manière dont une entreprise “verte” mal gérée peut rapidement entrer dans un déséquilibre économique. Mais si vous faites appel à votre bon sens, alors rien ne vous empêche d’investir dans des produits de placement durables et éthiques.