Tout le monde parle du label ISR quand il est question d’investissement durable, qu’ils soient écologiques, durables ou éthiques et sociaux. Même la mutuelle allemande Securvita a publié un article dans son magazine de février 2018 intitulé “Les valeurs vertes”. Je pense que c’est parce que de plus en plus de gens se réveillent et réalisent (lentement) qu’ils doivent prendre soin d’eux-mêmes. Ils ne veulent pas tomber dans la pauvreté une fois arrivée la retraite. L’État n’a plus les moyens. C’est ce qu’illustre déjà le système de retraite à trois piliers en France avec les régimes de base légalement obligatoires, les régimes complémentaires légalement obligatoires et les formes d’épargne retraite collective ou individuelle.

Toutefois, seules quelques personnes, en particulier les jeunes, se soucient du deuxième pilier. Presque personne ne s’intéresse au troisième pilier. Cela s’explique à mon avis, non seulement par l’ignorance et la paresse ou la commodité, mais aussi en raison d’un manque d’offres dans les investissements financiers durables conformes à l’ISR.

Qu’est-ce qu’un placement durable ?

Les investissements financiers durables (ISR) sont généralement considérés comme des investissements écologiques et axés sur l’environnement. Pour moi, cependant, cela ne va pas assez loin, car les investissements éthiques et sociaux favorisent également une croissance positive et durable dans l’économie et la société.

L’accord de Paris sur le climat du 12 décembre 2015 a donné matière à réflexion au sein de l’Union européenne qui s’est depuis lors de plus en plus engagée en faveur de la durabilité dans le secteur financier et tente ainsi de mobiliser davantage de capitaux pour des projets écologiquement durables (respectueux du climat).

Sur le Forum on Sustainable Investments (FNG), vous pouvez lire une définition qui correspond également à nos idées : “Les placements durables complètent les critères classiques de rentabilité, de liquidité et de sécurité par des évaluations écologiques, sociales et éthiques.

Cette évolution doit être saluée car les petits investisseurs privés ont désormais la possibilité de canaliser leurs capitaux sur le marché financier vers des projets et des entreprises qui ne génèrent pas leurs bénéfices en détruisant l’environnement et en faisant du dumping social (en imposant des conditions de travail terribles). Des coûts qui ne sont toujours pas pris en compte dans un seul produit ou service (pour en savoir plus à ce sujet, lisez notre article : “Une taxe punitive pour l’exploitation d’entreprises pourrait-elle sauver le monde ?”) et qui nous rattraperons sûrement un jour ou l’autre.

Quels types d’investissement durable (ISR) existe-t-il ?

Il y a toute une gamme d’investissement durable (ISR). Dans ce qui suit, nous aimerions vous présenter quelques possibilités intéressantes. En effet, au fil des ans, nous sommes passés d’idéalistes fondamentaux à utopistes pragmatiques. De notre point de vue, il vaut mille fois mieux entreprendre quelque chose que de se plaindre des insuffisances du monde confortablement assis sur son fauteuil de salon et, en fin de compte, justifier sa propre oisiveté.

ETF (trackers) écologiques, durables, éthiques et sociaux

Nous sommes de grands fans des ETF. Les “Exchange Traded Funds” offrent une excellente occasion de participer, en tant que “petit” investisseur privé, à l’évolution du marché financier et à la croissance économique en général (et au déluge monétaire provoqué par la BCE).

La durabilité a beaucoup évolué ces dernières années dans le secteur des ETF. Vous pouvez désormais choisir parmi toute une gamme d’ETs durables (ISR). Il en existe essentiellement deux types :

  • Les ETFs éthico-sociaux
  • Les ETFs écologiquement durables

ETF (trackers) éthico-sociaux

Le premier groupe comprend généralement des investissements dans des fonds qui suivent des indices répondant à certains critères éthiques ou religieux. Les entreprises ou ce que l’on appelle les “actions de péché” (en anglais sin stocks) sont exclues des indices de durabilité. Ce sont les titres de sociétés qui tirent profit de l’alcool, du tabac, des armes ou armures, des jeux de hasard, de la pornographie, de la génétique ou de produits de l’industrie nucléaire. Le MSCI Europe SRI (SRI signifie «investissement socialement responsable») en est un bon exemple. Il est intéressant de noter que cet indice de durabilité a fourni pratiquement les mêmes performances ces dernières années par rapport à MSCI Europe (qui détient les actions européennes les plus solides) !

ETF (trackers) écologico-durables

Le deuxième groupe comprend généralement des investissements dans des fonds qui suivent des indices qui répondent à certains critères de durabilité environnementale. Les entreprises qui gagnent leur vie en détruisant l’environnement ne sont donc pas incluses. Les critères ESG de gestion écologique, de responsabilité sociale et de gestion d’entreprise, ainsi que les agences de notation RobecoSAM et Sustainalytics sont intéressants. En Allemagne, le Natural Equities Index (NAI), représenté par le fonds activement géré “GreenEffects”, existe depuis plusieurs années. Comme vous le savez, les fonds gérés activement sont associés à des coûts plus élevés (TER) et à des frais initiaux, ce qui les rend peu attrayants pour nous. Cependant, il faut dire que le fonds “GreenEffects” a enregistré un gain de prix plus élevé au cours des cinq dernières années que le CAC40 !

Malheureusement, il existe encore très peu d’alternatives écologiques pour les fans des ETFs. Espérons que le marché va bientôt s’améliorer et répondre à la demande croissante. Actuellement, il existe des ETFs tels que le World Water, le Dow Jones Sustainability Screened ou le Nykredit Invest Engros Globale Aktier Basis ESG ou encore le Solactive Sustainability mais qui ne sont que partiellement négociés à la Bourse française ou ne peuvent tout simplement pas être souscrits à un courtier.

Actions écologiques, durables, éthiques, sociales

Maintenant, vous savez certainement que les ETF sont constitués d’un ensemble d’actions qui doivent répondre à certaines exigences (ISR, ESG, etc.). Cela signifie, bien entendu, que nous avons un choix beaucoup plus vaste d’actifs financiers pour les actions. D’un autre côté, investir dans une action signifie toujours plus de risque, car nous sommes plus axés sur notre capital. En outre, les investissements en actions inférieurs à 500 € par action ne valent guère la peine, compte tenu des coûts de transaction qui en résultent. Cependant, les actions ont le gros avantage par rapport aux ETFs de ne pas engager de coûts récurrents (TER).

Si vous êtes intéressé par les actions durables, vous devez absolument visiter www.novethic.fr, où de nombreux titres de ce genre sont répertoriés.

Crowdfunding écologique, durable, éthique et social

Le crowdinvestment est, à mon avis, un complément parfait aux actions et / ou aux ETF pour ceux qui recherchent des produits financiers durables. Avec le crowdinvestment, vous savez exactement dans quoi vous investissez votre argent. En outre, vous aidez les start-up ou les jeunes entreprises à se mettre sur pied en leur apportant du capital “frais”. Les crowdinvestments fonctionnent un peu comme les obligations de sociétés. Ainsi, à la fin de la période, vous récupérez votre argent plus les intérêts et vous pouvez même bénéficier d’une hausse de la valeur de l’entreprise !

  • Companisto* offre souvent des opportunités d’investissement particulièrement orientées vers l’avenir.
  • Lita.co est une plateforme de crowdfunding française spécialisée dans l’investissement durable.
  • Solylend donne la possibilité d’investir dans des projets à vocation sociale et solidaire.

Investir dans les arbres ou les plantations d’arbres en tant qu’investissement durable

Oui, ça existe aussi 😀 Et c’est une chose merveilleuse ! Depuis plusieurs décennies, nos forêts et forêts primaires (le poumon vital de notre planète) font l’objet de la déforestation. Le problème central est le manque de reboisement car les zones sont ensuite utilisées pour les grandes plantations de certaines monocultures (par exemple l’huile de palme). Cela a de lourdes conséquences pour notre planète. Nous avons besoin de forêts surtout pour deux raisons. Elles refroidissent notre planète ce qui est vitale pour ralentir le réchauffement climatique et elles convertissent également le dioxyde de carbone en oxygène que nous respirons. De plus, le bois est le matériau de construction du futur. Un bon bois peut être aussi cher que de l’or.

Grâce à un lecteur, je suis tombé sur le site www.ecotree.fr qui annonce que vous pouvez investir équitable pour sauver la forêt française et en récolter les bénéfices. La société achète des espaces forestiers et des terres agricoles. Vous devenez ainsi propriétaire d’un ou de plusieurs arbres, en finançant leur plantation. L’investissement est donc à long terme, généralement sur un horizon de 20 ans et plus. Au fil du temps, l’arbre prend de la valeur. Environ 2 % par an d’après EcoTree, et lors de la coupe finale, au bout de 25 à 60 ans en fonction de l’espèce, l’investisseur perçoit ainsi l’intégralité des revenus de la vente du bois.

Celui qui a le temps et l’envie peut bien sûr acheter des terres forestières qu’il gérera. Cela promet un rendement beaucoup plus élevé, mais demande du travail et des dépenses constantes.

Avantages de l’investissement durable (ISR)

Les investissements durables sont une bonne chose et ont leur place dans chacun de mes portefeuilles. Je les aime parce que cela me permet de dépenser et de démultiplier mon argent de façon pragmatique et utopiste.

Vous vous demandez maintenant si les actifs financiers durables ne sont pas de véritables tueurs de rendement, n’est-ce pas ? La réponse m’a plutôt surpris. Bien au contraire de l’idée fausse répandue selon laquelle des investissements financiers durables n’apporteraient aucun rendement. Ils font même souvent partie des formes de placement les plus rentables et les plus sûres !

L’étude de l’Université d’Oxford “From Stockholder to the Stakeholder” a révélé que les entreprises qui pensent de manière durable offrent à leurs investisseurs plus de revenus avec moins de risques. Jusqu’à présent, il n’a pas été possible de prouver que les entreprises (actions) ayant une orientation écologiquement durable ou éthiques-sociales génèrent moins de rendement !

Inconvénients de l’investissement durable (ISR)

Toutefois, cela ne doit pas occulter le fait que même des investissements financiers durables sont soumis à des risques. Mais pour ceux qui ne le savent pas encore, il n’y a pas de rendement sans prise de risque. Si vous préférerez rester prudent, vous pouvez opter pour le livret A rémunéré à 0,75 % d’intérêts.

Les ETF montrent souvent que l’actif de leurs fonds est inférieur à 100 millions d’euros. Cela crée un risque de fermeture du fonds (ce qui ne signifie pas que votre argent disparaît) si les marchés financiers devaient faire face à une crise plus difficile. Avec les ETF, il est important de diversifier les catégories d’ETF de votre portefeuille, pour éviter les risques de concentration.

Les crowdinvestments peuvent même être plus risqués car vous pouvez subir une perte totale et votre argent disparaître.

Il en va de même pour les investissements dans les arbres. Par exemple, vous ne savez pas comment la forêt se développera et quel prix le bois générera au moment de la vente. Les impondérables politiques, en particulier dans les régions en développement, peuvent entraîner une perte totale dans le pire des cas. Mais c’est toujours le cas pour l’investissement en capital. C’est pourquoi la diversification est si importante !

Investissement durable (ISR) – un GroKo

Qu’est-ce que GroKo a à voir avec des actifs financiers durables ? À mon avis, les actifs financiers durables sont une excellente occasion de donner à de nombreux investisseurs privés la possibilité de combiner leurs investissements avec leurs préférences personnelles. Cela aurait été à peine possible il y a dix ans de cela.

Un point est particulièrement important. La diversification ! Répartir largement votre investissement en capital est la tâche la plus importante que vous devez faire en tant qu’investisseur privé. Ce n’est pas si important pour moi de regarder constamment comment mes investissements évoluent. Après tout, je suis un investisseur paresseux avec un horizon de placement à long terme. Pour moi, il est beaucoup plus important de ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier. Cela vaut également pour l’investissement dans des actifs financiers durables. Plus vous investissez, plus vous répartissez les risques – rien n’est plus important en tant qu’investisseur privé.

Que pensez-vous des investissements durables ? Dans lequel souhaiteriez-vous investir ? Lequel vous intéresse ? Nous attendons vos commentaires avec impatience !