Si vous souhaitez créer de la richesse et devenir financièrement libre, alors les fonds indiciels d’actions (ETFs) sont incontournables. Par ailleurs, la crise des dotcom de 2000 et la crise financière de 2008 ont évidemment ébranlé la confiance déjà fragile de nombreux investisseurs dans ce pays. Enfin, l’insolvabilité de nombreuses entreprises bien connues a fait en sorte que seuls les petits investisseurs peu informés perdent toutes leurs économies.

Fonds indiciels : sans investissement, pas de liberté financière

Si l’on regarde les statistiques, en 2017, seulement 1 personne sur 20 a investi en France dans des titres tels que des actions, des fonds d’actions et des fonds indiciels d’actions. Alors qu’avant la crise financière de 2008, c’était 1 sur 10 ! D’ailleurs, à titre de comparaison : aux Etats-Unis, plus de la moitié de la population investit dans des titres. Bien sûr, cela est en partie dû à des formes de financement des entreprises divergentes entre les fonds propres et les dettes.

Les fonds d’actions et surtout les fonds indiciels d’actions (ETF) sont donc un bon moyen de générer des revenus dits “passifs”.

Vous vous demandez sûrement pourquoi passif est entre guillemets ?

Attention : les actions ou fonds indiciels d’actions ne sont pas un revenu passif en soi !

Les actions ou les fonds indiciels d’actions sont souvent présentés comme un revenu passif. Bien sûr, tout cela semble très simple et est agréable à lire. En outre, qui n’aimerait pas s’allonger tranquillement sur la plage et regarder comment le solde de son compte augmente de jour en jour ? Mais en regardant de plus près, nous avons constaté que les actions et les fonds d’actions ne sont pas aussi passifs que beaucoup le prétendent.

Vous devez être actif

Avant même de pouvoir penser à un flux de revenus passifs via les ETFs et à l’effet de coût moyen, vous devez d’abord devenir vous-même actif. Par exemple, vous devez d’abord ouvrir un compte-titres. Ensuite, vous devez investir du temps, de l’argent et de la patience dans la construction d’un petit portefeuille. Vous devez donc aller de l’avant. Et même plus tard, surtout si vous souhaitez utiliser correctement l’effet du coût moyen, vous devez consulter régulièrement l’évolution du cours de vos actions.

Passif pour vous = actif pour les autres

Avant de passer à l’explication de l’effet du coût moyen, nous voudrions souligner un point très important. Ce qui sera plus tard un flux de revenu passif pour vous, doit d’abord être élaboré.

S’il vous plaît ne tombez pas dans le mensonge que l’argent travaille pour lui-même ou tombe du ciel !

Ça n’est pas possible car seules les personnes ou les machines peuvent travailler. Comme Karl Marx l’a en outre correctement identifié il y a 150 ans, ce sont les coûts accumulés de la main-d’œuvre qui déterminent le prix !

Donc, si vous obtenez un revenu « passif » en investissant dans des actions en bourse (dividendes), cela signifie que d’autres personnes et machines ont travaillé pour cela.

Peu de gens y pensent et beaucoup ne veulent pas l’admettre…

Mais pour quelle raison ? Générer un revenu de cette façon n’est pas répréhensible ! Après tout, c’est la fonction de base du capitalisme. L’argent ou le capital est toujours supérieur à tous les autres biens et services. Il supplante d’ailleurs même le travailleur humain !

Alors s’il vous plaît gardez ce fait à l’esprit. Sachant cela – lorsque vous aurez accumulé un petit flux de revenu passif – vous pourrez ainsi faire don de quelque chose en retour.

Fonds indiciels (ETF) – l’effet du coût moyen (connaissances de base)

Ce sont surtout les investisseurs débutants dans les actions qui se posent de nombreuses questions. Ces dernières empêchent d’ailleurs la plupart des gens de faire le premier pas. En voici quelques-unes :

  • Dans quoi devrais-je investir ?
  • Combien devrais-je investir ?

Ne serait-ce pas formidable s’il y avait une stratégie qui pourrait décider à ma place, comme un pilote automatique ?

L’effet du coût moyen, c’est cela !

Si vous vous fiez à lui, vous obtiendrez la liberté financière en quelques années seulement, selon le montant que vous êtes prêt à investir chaque mois. Car l’effet du coût moyen des ETFs est une stratégie éprouvée et particulièrement adaptée aux investisseurs plus conservateurs ou aux nouveaux venus sur le marché boursier. Les conservateurs sont généralement un peu plus lents, mais beaucoup plus sûrs.

Dans quoi devrais-je investir ?

L’effet du coût moyen est combiné à un PEA (plan d’épargne en actions) qui vous laisse une marge de manœuvre pour vos investissements dans des fonds en actions, dans notre cas dans des ETFs. Un ETF (Exchange Traded Fund) est – contrairement à un fonds d’actions – un fonds indiciel à gestion passive. Ils sont d’ailleurs appelés Exchange Traded parce qu’ils sont négociés en Bourse – les fonds en actions ne le sont souvent pas ! En plus, ce qu’il y a de génial avec les ETFs est qu’ils vous donnent la possibilité de participer à la création de valeur globale des économies.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Les ETFs sont ce qu’on appelle des fonds indiciels. Ils cartographient par exemple un indice boursier national tel que le CAC40 pour la France, le DAX pour l’Allemagne ou le Dow Jones pour les États-Unis. Mais les ETFs peuvent également modéliser l’indice d’un secteur spécifique. Donc, votre titre suit l’évolution de tout l’index. Les fonds indiciels constituent l’un des moyens les plus sûrs de gagner de l’argent sur le marché boursier. Pourquoi ?

Leur gros avantage : la diversification

Sur le marché boursier plus vous investissez de façon risquée, plus vos opportunités de rendement sont élevées, et inversement. Avant tout, parce que nous voulons atteindre la liberté financière de manière sûre, nous avons besoin de sécurité. L’effet des intérêts composés nous aidera à accumuler des actifs à long terme.

Comment atteindre la sécurité ?

La réponse est la diversification. La diversification est la diversification des risques. Plus vos investissements sont larges, mieux ils peuvent s’équilibrer. Par exemple, si les choses ne se passent pas aussi bien dans l’industrie automobile, ce ralentissement sera peut-être compensé par l’industrie de la haute technologie. En investissant dans un ETF par le biais d’un indice ou d’un secteur, vous optimisez vos risques avec un minimum d’effort.

Ainsi, les PEA sont l’un des meilleurs moyens de se constituer des actifs à long terme et, surtout, de manière sécurisée !

De plus, les ETFs et les fonds d’actions doivent répondre à des conditions strictes.

Ils doivent par exemple détenir plus de 20 sociétés dans leur portefeuille, mais ne peuvent pas dépasser le seuil des 100 sociétés. En outre, en règle générale, ils ne peuvent pas investir plus de 10 % dans une seule action. Ces deux aspects garantissent une sécurité supplémentaire !

Cela vous donne l’opportunité de construire un portefeuille mondial avec des ETFs. Bien sûr, cela ne fonctionne pas à 100 %, mais plus vous vous rapprochez de ce portefeuille, plus vous êtes parfaitement diversifié et plus votre risque global est faible.

DEGIRO vous donne par exemple la possibilité de créer gratuitement un portefeuille diversifié de ETFs, car vous pouvez négocier plus de 700 ETFs gratuitement.

Combien devrais-je investir ?

Avant de parler du nombre d’actions que vous devriez acheter, nous devons d’abord parler des coûts. En fait, chaque investissement implique des coûts. Dans la théorie économique, les coûts sont d’ailleurs généralement divisés en coûts d’information et coûts de transaction.

Coûts d’information

Les coûts d’information sont les coûts que vous devez payer en tant qu’acheteur ou vendeur pour obtenir des informations pertinentes. Dans votre cas, l’information vous coûte avant tout du temps (et le temps, c’est de l’argent). Après tout, alors que vous lisez cet article et que vous vous inquiétez de votre avenir financier, vous pourriez aussi être en train d’exercer un emploi secondaire ! Cependant, vous avez estimé (inconsciemment) que ce que vous faites présentement vaut la peine d’y consacrer du temps.

Coûts de transaction

Les coûts de transaction sont les coûts que vous devrez supporter lors de l’achat d’un titre car acheter et vendre sur le marché boursier ne se fait pas gratuitement. En effet, vous utilisez un marché qui vous fournit certains titres et services.
Donc plus vous achetez et vendez fréquemment, plus vos coûts de transaction seront élevés. En conservant un ETF longtemps, vous réduisez ainsi les coûts de transaction relatifs et, à long terme, vous participez à la performance d’un marché boursier ou d’un secteur.

Coût des fonds indiciels (ETF)

Lors de l’achat d’un fonds d’actions traditionnel, vous devez acquitter la prime dite de souscription (Agio). Cet Agio est calculé sur la base du prix dit de rachat car vous ne pouvez restituer la part du fonds qu’à la société d’investissement qui l’a émis. En termes simples, l’agio est la différence entre le prix d’achat et le prix de vente de l’action. Cela représente d’ailleurs jusqu’à 7 % de la part du fonds !

Les ETFs, en revanche, ne vous obligent pas à payer des frais initiaux. Ça c’est vraiment génial !

Le taux de dépense total (TER)

Les ETFs présentent des avantages évidents par rapport aux fonds d’actions traditionnels, notamment en ce qui concerne leur structure de frais. Lorsque vous achetez un fonds d’actions traditionnel, vous engagez un gestionnaire de fonds pour le contrôler à votre place. Pour cela, vous devez payer le “Total Expense Ratio” (TER). Il varie entre 0,3 et 3 %. Cette somme est prélevée une fois par an sur le capital d’investissement total.

En revanche, les ETFs, eux, sont gérés passivement. Par conséquent, les coûts sont réduits à peau de chagrin. En règle générale, un TER compris entre 0,05 et 0,5 % est requis pour les ETFs !

Néanmoins, bien sûr, lorsque vous achetez un ETF, vous engagez des frais de transaction. Mais vous pouvez également les réduire au minimum, par exemple si vous achetez la part du fonds par l’intermédiaire d’un courtier en ligne. Avec Boursorama, par exemple, vous payez un taux forfaitaire de seulement 0,90 EUR par ordre si vous disposez d’un PEA chez eux.

Rendement

Le rendement d’une action est généralement calculé à partir du gain de cours et du dividende.

Le dividende est la distribution annuelle des bénéfices aux actionnaires. Nous en revenons donc à nouveau à la composante active de votre revenu passif ultérieur. Les profits ont été générés par les travailleurs. Nous apprécions vraiment cette vue panoramique. Après tout, la plupart des gens préfèrent ne pas y penser.

Le deuxième facteur, le gain de cours, ne devient un réel profit que si vous vendez l’action ou la part ! Avant, ce ne sont que des profits fictifs. Mais vous ne devriez pas trop spéculer sur les gains de cours (en achetant et vendant souvent), compte tenu des coûts d’information et de transaction. Préférez définir un horizon de placement à long terme, par exemple 5 ans.

Rendement des fonds indiciels (ETF)

Étant donné que l’ETF est composé de nombreux titres différents, il existe deux façons de générer un rendement. Cela dépend donc si vous avez investi dans un indice de performance ou un indice de cours. Ne laissez pas ces mots vous décourager ! Ils sont simples et rapides à comprendre :

ETF de performance

Un ETF de performance réinvestit les dividendes des actions qu’il contient dans des actions de l’ETF. L’ETF se développe successivement et à long terme. Dans ce cas, vous ne faites alors des profits ou ne générez des revenus que lorsque vous revendez l’ETF.

ETF de cours

Par contre, un ETF de cours vous verse des dividendes. Quoi qu’il en soit, l’image de l’indice sous-jacent reste intacte et vous générez un revenu passif continu.

L’ETF – l’effet du coût moyen (cas pratique)

Vous disposez désormais des informations de base les plus importantes pour faire vos premiers pas vers la liberté financière avec les fonds indiciels (ETF). Pour que cela soit le plus contrôlé et le plus sûr possible, il faut bien tenir compte de ce que l’on appelle l’effet du coût moyen.

Voici comment il fonctionne

L’effet du coût moyen est un plan d’épargne d’actifs à long terme.

Vous investissez un certain montant mensuel identique dans un ou plusieurs fonds indiciels (ETF) et vous vous fixez par exemple l’objectif d’économiser 5 % de votre revenu mensuel et de l’investir dans des fonds indiciels (ETF). Avec cela, vous vous construisez alors un portefeuille considérable d’ETF à long terme. Rien que cela peut vous donner un revenu passif suffisant.

Mais ce n’est pas tout, le meilleur arrive !

Vous profitez de la baisse et de la hausse des prix grâce à l’effet du coût moyen. Par exemple, si vous investissez 100 euros par mois dans un PEA, vous obtiendrez automatiquement plus d’actions pour votre argent à mesure que les cours baisseront. Finalement, cela vous donnera un coût moyen inférieur à long terme !

Cela signifie que même les fluctuations de prix peuvent garantir des bénéfices très élevés, mais uniquement si vous êtes prêt à vendre une partie de votre source de revenus passive à des prix très élevés. Et parfois, ce n’est pas si facile.

Devenir libre financièrement à long terme

Par exemple, si vous n’investissez que 50 euros par mois pendant 30 ans dans un PEA, alors vous auriez investi un total de 18 000 euros. Si nous supposons maintenant un rendement moyen de SEULEMENT 6 %, dans ce cas vous auriez déjà gagné (coûts déduits) plus de 49 000 euros. Si nous prenons comme base l’augmentation moyenne des prix du DAX de 11 % au cours des 60 dernières années, ce serait bien plus que le double !

Vous voyez donc comment de supposées petites quantités peuvent se développer avec le temps et à un certain taux d’intérêt pour finalement devenir des sommes énormes. L’effet du coût moyen contribue également à maximiser nos profits. Cependant, vous devez être patient avec cette façon d’épargner. Idéalement, vos horizons devraient être compris entre 10 et 15 ans.

Ainsi, vous pouvez vraiment construire une fortune sans stress et de manière détendue.

Pourquoi l’inflation est-elle bénéfique aux investisseurs ?

Enfin et surtout, nous souhaitons vous donner un peu plus de motivation en chemin. Si vous ne pouvez tout simplement pas vous permettre d’être financièrement libre, dans ce cas vous devez être conscient d’un autre aspect. L’inflation vous aide lorsque vous investissez !

En tant que Monsieur et Madame tout le monde, nous devons tous lutter constamment contre l’inflation. L’expansion de la masse monétaire produit l’augmentation des prix et donc notre coût de la vie. Comme nous avons généralement une augmentation de salaire plus faible que l’inflation, alors nous ne pouvons pas compenser l’inflation et nous perdons même de l’argent à long terme.

La solution est très simple et pourtant très peu connue.

Utiliser l’inflation

Si les prix montent, vous devriez simplement profiter de la hausse des prix ! Les prix de l’immobilier ont par ailleurs énormément augmenté ces dernières années ! Si vous aviez fait un investissement raisonnablement prudent il y a quelques années, alors vous auriez déjà franchi un grand pas en avant aujourd’hui !

L’inflation afflue dans les actifs corporels !

Comme nous le décrivons dans notre livre “Adieu métro-boulot-dodo !”, l’augmentation extrême de la masse monétaire entraîne une “inflation des prix des actifs”. Cela signifie qu’une grande partie de l’inflation ne concerne plus l’économie réelle, mais les marchés boursiers et les Bourses de valeurs mondiales.

En d’autres termes : Les banques centrales impriment de plus en plus d’argent. Cependant, la valeur de cet argent n’est pas reflété dans l’économie réelle. En conséquence, elle cherche à “se multiplier” dans d’autres sphères. Sur les marchés boursiers par exemple, il y gonfle les prix, c’est-à-dire les cours des actions.

En tant qu’actionnaire, vous pouvez et devriez en outre bénéficier de cette inflation boursière.

Conclusion – L’effet Cost Average des fonds indiciels est parfait pour les débutants et les plus avancés

Peu importe si vous êtes un amateur ou un pro en Bourse car les fonds indiciels (ETFs) vous offre un début attrayant et sûr pour votre carrière sur le marché boursier.

Ils garantissent une diversification maximale à faible coût. Mais sans ETF, vous ne pourriez atteindre cet objectif qu’à des coûts d’information et de transaction extrêmement élevés. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’ils connaissent un véritable triomphe ces dernières années.

Si vous combinez intelligemment les différents avantages des fonds indiciels (ETFs) avec un PEA, alors vous bénéficiez de ce que l’on appelle l’effet du coût moyen ou Cost Average Effect. Vous participez également à la chute des cours boursiers. C’est d’ailleurs ce que la plupart des débutants redoutent.

Si vous alliez cette stratégie avec beaucoup de patience et de sang froid, vous vous construirez alors un capital fructueux et lucratif. En plus, cela vous générera un bon revenu “passif” à long terme.

Nous vous souhaitons beaucoup de succès et attendons avec impatience vos nombreux commentaires sur la manière dont vous l’avez obtenu !