En 2017, plus de 1 000 ETF étaient cotés à la Bourse de Francfort. Les ETF sont des fonds indiciels gérés passivement et sont aussi la nouvelle option “go-to” pour de nombreux investisseurs privés. En effet, placer son argent dans les ETF, c’est se construire une source de revenu passif durable.  

“L’intelligence des gestionnaires de fonds spéculatifs n’est généralement pas supérieure aux coûts qu’ils facturent à leurs investisseurs. À long terme, les fonds indiciels passifs et bon marché font mieux.”

~ Warren Buffet

Les ETFs suivent les indices, ils reproduisent, soit physiquement, soit par le biais d’opérations dites de swap, des actions d’industries, de pays et même de régions entières, ou encore le marché monétaire ou obligataire. L’investisseur privé bénéficie ainsi d’une diversification qui, il y a quelques années seulement, n’aurait pu être garantie qu’à des coûts de transaction exorbitants. Les ETFs forment des indices nationaux et régionaux tels que le DAX (30 plus grandes entreprises allemandes), le S&P 500 (500 plus grandes entreprises américaines) ou le MSCI World (1 600 plus grandes entreprises de 23 pays), mais aussi des indices sectoriels spécifiques tels que l’indice World Water durable et écologique ou l’indice MSCI EMU ex Controversial Weapons Index (excluant les entreprises liées au secteur de l’armement), des indices immobiliers tels que le FTSE EPRA Eurozone (REITs) ou des indices sur les matières premières comme le MSCI World Materials (End of Day).

 Par ailleurs, investir dans des ETFs est maintenant plus facile que jamais. Une heure de travail peut suffire pour assurer votre avenir financier, bâtir votre fortune à long terme et même devenir millionnaire avec la stratégie du paresseux.

vous profitez du système monétaire et de la création de valeur

Dans notre blog, nous avons assez souvent abordé les insuffisances du système financier et monétaire dominant. L’inflation (expansion de la masse monétaire provoquant une augmentation des prix) créée par les banques centrales “exproprie” plus de 90 % de la population. De jour en jour, la valeur relative de l’argent diminue de plus en plus, alors que sa valeur nominale reste la même. Une savante dissimulation de la réalité.

 

 

Avec les ETFs, cependant, nous pouvons nous protéger contre ce phénomène et profiter de l’inflation du prix des actifs, c’est-à-dire la hausse des prix des actifs (actions, ETFs, et aussi d’actifs corporels comme des biens immobiliers). Cette augmentation est en fait due à l’afflux d’argent des banques centrales. La monnaie de banque centrale imprimée ne sert que de socle sur lequel les banques privées accordent souvent des prêts de monnaie bancaire à effet de levier. Cependant, une grande partie de l’argent généré n’entre plus dans l’économie réelle, mais est magiquement absorbée par les marchés financiers – comme un trou noir – et conduit à des hausses de prix (hausses de cours) qui sont détachées des évolutions économiques réelles. Les investisseurs profitent donc plus que jamais de ces hausses de cours aujourd’hui, et c’est précisément la raison pour laquelle nous devrions nous ranger de leur côté !  

La corrélation entre l’évolution de l’indice du DAX et l’augmentation de la masse monétaire américaine peut être observée de manière impressionnante dans le graphique suivant.

Source : “Millionnaire avec la stratégie du paresseux” de Christopher Klein

ourquoi rendent-ils les conseillers bancaires superflus ?

Comme nous l’avons mentionné précédemment, les ETFs sont des fonds indiciels gérés passivement. Cela signifie qu’ils sont compilés et gérés par des systèmes assistés par ordinateur sur la base de paramètres prédéfinis. Cela en fait l’un des investissements passifs recommandés par de nombreux gourous de la bourse pour les petits investisseurs et les investisseurs privés. D’ailleurs cela présente plusieurs avantages qui pourraient rendre le poste de consultant bancaire superflu à l’avenir. Ce dernier ne perçoit aucune commission pour les ETFs et ne les proposera donc guère (mais promouvra activement les fonds gérés).

L'”art” de l’investisseur passif ?

  • Les investisseurs passifs ne sont guère impliqués émotionnellement.
  • Ils bénéficient de la création de valeur régionale, sectorielle ou même mondiale.
  • Leurs investissements sont automatisés et le temps nécessaire est ainsi réduit au minimum.
  • Ils nagent comme le petit David dans l’aspiration des grands Goliaths.
  • Leur horizon de placement est à long terme (5 ans et plus).
  • Ils se contentent de rester à l’écart des fluctuations de prix à court terme et des crises financières en raison de l’horizon de placement à long terme.
  • L’effet des intérêts composés est leur maître-mot.
  • Ils suivent une voie sûre et parviennent à une diversification extrêmement large grâce aux ETFs.
  • Tandis que d’autres s’accrochent à l’écran et suivent les dernières nouvelles affichées par le téléscripteur boursier, eux se constituent des actifs dans leurs chaises longues.
  • Ils ne participent pas au jeu à somme nulle du marché boursier.
  • L’effort technique est maintenu à un faible niveau.
  • Ils ne se soucient pas de la décision du point d’entrée parfait.

Avantages et inconvénients des ETF

Les ETFs sont le point d’entrée idéal pour profiter du marché financier en tant que “monsieur et madame tout le monde”. Ils offrent tous les avantages et maintiennent les risques à un niveau extrêmement bas grâce à une large diversification. Néanmoins, de nombreuses personnes pensent encore qu’elles seraient mieux loties avec des fonds d’investissement à gestion active. C’est d’ailleurs pourquoi, dans ce chapitre, j’aimerais comparer brièvement les principaux avantages des ETFs avec leurs inconvénients.  

Avantages  

  • Ils sont nettement moins chers sur le plan administratif (TER moins élevé)
  • Ils n’exigent pas de prime.
  • Leur liquidité est extrêmement élevée. Ils peuvent être achetés, vendus et rachetés à tout moment.
  • Avec eux, l’entrée sur le marché financier est facile et sûre – à partir de 25€ par mois !
  • Ils sont transparents.
  • Ils offrent une grande diversification et donc une sécurité pour l’investisseur grâce à un portefeuille largement diversifié (un ETF doit contenir les titres d’au moins 20 sociétés) → bonne diversification des risques à un prix imbattable.
  • La construction d’un portefeuille (mondial) individualisé est possible sans grand effort !
  • En plus de verser des dividendes constants, ils promettent des gains de prix supplémentaires.
  • Ils peuvent être automatisés à 100 % grâce au PEA (plan d’épargne en actions) et sont donc parfaits pour les paresseux.
  • Ils sont idéal pour les investisseurs privés passifs (paresseux) orientés vers le long terme.
  • Aucun risque lié à l’émetteur, car ils font partie des fonds dits spéciaux.

Inconvénients 

  • Ils peuvent utiliser leur pouvoir de marché pour intensifier un ralentissement (lorsque plusieurs investisseurs vendent en même temps).
  • Ils détiennent généralement moins de réserves de liquidités que les fonds gérés activement. Cela pourrait conduire à la suspension des paiements en temps de crise.
  • Les ETFs du plus grand MSCI Monde comportent également un risque de change, puisqu’ils sont libellés en dollars américains. Il existe également des ETF “hedged” qui éliminent ce risque pour des frais réduits.
  • En temps de crise, les fonds à gestion active affichent généralement de meilleurs résultats.
  • Dans le cas des ETFs synthétiques, il existe un risque de contrepartie si le partenaire du swap devient insolvable.
  • Les ETFs exigent un horizon de placement à long terme et ne sont pas fait pour s’enrichir rapidement.
  • Contrairement aux titres individuels, ils génèrent des frais permanents (TCO). C’est le prix d’un portefeuille diversifié.
  • Avec les ETFs nationaux, il n’est pas possible d’obtenir ce que l’on appelle des rendements excédentaires, car ils reflètent toujours le marché respectif.

Revenu passif ou accumulation d’actifs ?  

Lorsqu’il s’agit d’investir dans des ETFs, nous avons une décision importante à prendre dès le départ. Le choix entre un ETF de distribution ou de capitalisation. Ce qui semble compliqué n’est en fait que le choix entre revenu passif et accumulation passive de richesse. 

  • Les ETFs de distribution versent un revenu (dividendes et intérêts) à l’investisseur. Cela vous permet de vous constituer un revenu passif au moyen des ETFs ou de réinvestir vous-même ce dernier (ce qui peut être coûteux).
  • Les ETFs de capitalisation permettent de réinvestir les bénéfices. Cela vous permet donc d’accumuler une fortune au fil du temps sans aucun effort supplémentaire de votre part. Un exemple ? Celui qui investit 1 000 euros par mois dans un ETF à capitalisation, bénéficie de 8,5 % d’intérêts par an et augmente son taux d’épargne de 10 % par an sera cinq fois plus millionnaire dans 30 ans. Par ailleurs, avec les ETFs de capitalisation, vous bénéficiez de l’effet des intérêts composés.
  • Enfin, un PEA est l’outil optimal pour le paresseux. Après tout, vous profitez non seulement de l’effet d’automatisation et de l’effet des intérêts composés, mais aussi de ce qu’on appelle l’effet du coût moyen ou du prix de revient moyen. Cela signifie que vous achetez plus de parts d’ETF quand les cours chutent (et donc en profiter en temps de crise) et que vous achetez moins de parts d’ETFs quand les cours sont très élevés.

Ma stratégie ultime du paresseux en 6 étapes 

J’espère que vous vous sentez déjà inspiré à faire vos premiers pas ou bien à faire de nouveaux pas en tant qu’investisseur dans les ETFs. Pour vous aider, je vais vous présenter ma stratégie ultime du paresseux en 6 étapes, simple mais très efficace pour plus de revenu passif. 😀 

1. Vous souhaitez être un investisseur actif ou passif ? 

2. Vous souhaitez faire des investissements directs (compte-titres) ou épargner via un PEA ? 

3. Quel montant pouvez-vous et voulez-vous investir dans des ETF ? 

4. Vous voulez vous constituer un revenu passif ou un capital ? En d’autres termes, êtes-vous plutôt intéressé par les ETFs de capitalisation ou de distribution, physiques ou synthétiques ? 

5. Avec quel émetteur d’ETF souhaitez-vous travailler (est-il solvable et a-t-il une offre importante ?), les frais d’ordre sont-ils gratuits et les ETFs proposés sont-ils suffisamment importants (volume du fonds > 100 millions d’euros) ? Quels sont les frais de fonctionnement des ETF (TER) ? 

6. Comment voulez-vous assurer la diversification ou l’allocation d’actifs ?

  • En investissant dans des indices de pays pour minimiser le risque pays.
  • Ainsi que dans des indices sectoriels pour diversifier davantage.
  • Et aussi dans des ETFs du marché monétaire et obligataires pour compenser l’inflation et réduire le risque global (actions d’ETF à faible risque).

Et ensuite ?

Enfin , vous trouverez dans le livre Millionnaire avec la stratégie du paresseux un guide concret étape par étape, comprenant 60 ETFs ingénieux pour un démarrage optimal en tant qu’investisseur et bien d’autres choses encore pour se constituer une source de revenu passif. Puisque vous n’irez pas loin sans un courtier en ligne, j’ai comparé pour vous les 7 meilleurs courtiers en ligne dans un comparateur exclusif et gratuit. Vous pouvez le télécharger gratuitement en un seul clic.

Quelle est votre expérience avec les fonds indiciels et les ETFs ? Combien avez-vous déjà pu accumuler par le biais d’ETFs ou quelles stratégies concrètes avez-vous déjà expérimenté ? Quelles sont vos recommandations ? Faites-nous part de votre opinion dans les commentaires ! 😀