Le capitalisme n’est plus réellement à la mode ces dernières années. Cela tient surtout aux crises financières récurrentes, mais aussi au fait que les gens ont de plus en plus l’impression d’être enfermé dans une roue de hamster (dans une routine) et de devoir donner de plus en plus d’énergie dans leur travail sans pour autant remarquer d’améliorations (financières). . D’un autre côté, nous connaissons aujourd’hui la plus grande prospérité financière de l’histoire. Toutefois, l’argent est répartit de façon extrêmement inégale. Le capitalisme est une épée à double tranchant. D’une part, on peut atteindre la prospérité financière plus rapidement que dans d’autres systèmes (connus auparavant). D’autre part, cependant, il est aussi à l’origine d’importantes pertes financières. L’ordre économique a des caractéristiques si larges qu’il faut y regarder de plus près.

Le capitalisme en bref

Commençons par réfléchir au concept de capitalisme et cela nous amènera rapidement à ce que nous cherchons. Il vient évidemment du mot “capital”. Le capital, c’est de l’argent. C’est donc une forme d’économie dans laquelle l’argent est le bien suprême et le but ultime. Rien ne fonctionne sans capital. Cela devrait sembler familier à beaucoup. Les sciences économiques le confirment également. Elles enseignent que le but ultime des entreprises doit être de maximiser le rendement financier. Ce profit financier est ensuite transféré à des fournisseurs d’argent ou de capitaux tels que les actionnaires. D’ailleurs, le capitalisme souligne non seulement l’importance du capital, mais aussi sa supériorité sur les biens et services. Comme nous l’avons déjà dit dans l’article “définition de l’argent”, il n’est pas périssable et n’a pas besoin d’être stocké. Il a donc un avantage énorme et est beaucoup plus précieux et flexible que les biens et services. Par conséquent, c’est aussi le bien que tout le monde recherche le plus. De plus, le capital offre une autre possibilité. Il permet de faire encore plus de capital à partir de lui-même (il peut se démultiplier à partir de lui-même). Un processus que ni les biens ni les services ne peuvent engendrer et qui, à notre avis, est la cause la plus fondamentale du triomphe du capitalisme.